Syndrome d'Asperger, Naturopathie & Chi Nei Tsang

Qu’est-ce que le syndrome d’Asperger ?

Le syndrome d’Asperger (ou autisme de haut niveau) n'est pas une maladie ni un syndrome au sens propre mais un ensemble de troubles neuro-développementaux et complexes du spectre autistique qui affecte certaines fonctions du cerveau. C’est une forme d’autisme légère sans déficience intellectuelle ni retard de langage.

On parle communément de Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) parce que les symptômes peuvent être combinés de façon différente et aller de légers à graves. Plus récemment, on parle de Troubles Envahissants du Développement (TED).

« Elles sont un fil coloré dans la riche tapisserie de la vie. Notre civilisation serait extrêmement terne et stérile si nous n’avions pas et si nous ne chérissions pas les personnes atteintes du Syndrome d’Asperger. » Tony Attwood

Comment le syndrome s'exprime-t-il ?

Vivre sans le sens social (partie visible) mais pas que !

Dans notre société, être aspi-e, est un handicap invisible présent à chaque seconde.

L’autisme Asperger est souvent vécu comme un isolement par rapport à la société actuelle.

Les aspi-e-s (C'est le nom que l'on donne aux personnes atteintes du syndrome d'asperger) ont des difficultés à décoder les situations de la vie quotidienne. Le corps, le cerveau et les cinq sens reçoivent les informations correctement, mais un défaut d’analyse empêche un traitement des données. Il en résulte une appréciation confuse de la vie et de l’environnement.

Par exemple : elle a des difficultés pour se faire des amis, comprendre les règles tacites de conduite sociale et les conventions sociales, attribuer à autrui des pensées ou se représenter un état émotionnel.

Elle a également des difficultés à reconnaître les émotions et à les gérer.

L’aspi-e a besoin d’être guidé-e dans la complexité de la vie sociale.

L’échange est source de fatigue. Une heure de socialisation nécessite bien souvent une heure de repos. En effet, un-e aspi-e se ressource en étant seul-e, au calme, ou en s’adonnant à ses passions, contrairement aux neurotypiques (personnes non asperger) qui se rechargent au contact des autres.
Cela n’empêche pas les aspis d’apprécier le contact des autres, avec une préférence marquée pour les comités restreints et les personnes partageant les mêmes passions qu’eux.

D’une façon générale, la personne aspie est dépourvue de préjugé. Elle a souvent une pensée originale et, dans certains cas, des intérêts spécifiques et a souvent la capacité de percevoir et de mémoriser des détails qui peuvent leur permettre d’exceller dans certains métiers.

Particularités dans la communication verbale et non verbale

L'aspi-e a des difficultés pour comprendre le langage non verbal (haussement d’épaules, sourire las …), les données abstraites, à saisir l’implicite, les métaphores, le sens figuré, l'ironie, les codes sociaux, le ton de la voix. Les expressions idiomatiques ou imagées comme « il pleut comme une vache qui pisse ! » sont comprises au premier degré.

Ceci est notamment pénalisant pour comprendre les consignes, à l’école ou dans la vie professionnelle.

Elle peut avoir un langage étendu et élaboré, un contact oculaire pauvre, des difficulté dans la conversation et la réciprocité émotionnelle. Parfois, elle peut avoir des intérêts restreints en nombre ou très forts en intensité, répétition de cet intérêt.

Dans le domaine de la compréhension : le détail prime sur le global, difficulté d’accès au sens, une compréhension essentiellement par des moyens visuels ou tactiles et non abstraits.

Si l’environnement le permet, l'aspi-e a une extraordinaire volonté de s’adapter à la norme, au prix d’efforts considérables, ce qui permet une belle évolution.

Le monde environnant envoie des informations sensorielles au corps (Odeur, vue, toucher, l’ouï ..). Les nerfs envoient ces informations au système nerveux central, le cerveau les interprète mais d’une manière erronée. Ces troubles de la modulation sensorielle se manifestent par de :

  • l'hypersensibilité : Le cerveau est survolté par les informations qui l’agressent. les perceptions sensorielles sont alors exacerbées comme par exemple avec le bruit (l’hyperacousie), la lumière, les odeurs, intolérance à certaines textures,  difficulté à manger certains aliments ou certaines textures et difficultés à avaler (parfois cela est dû à une hypersensibilité du gosier). Cette surcharge sensorielle peut varier en intensité et dans le temps.
  • l'hyposensibilité : Cela prend plus longtemps ou plus de stimulation pour que le cerveau comprenne et traite l’information, comme par exemple l’insensibilité à la douleur.

Le tout peut être accompagné de maladresse motrice.

Troubles fonctionnels et syndrome d'Asperger

Dans une grande majorité des cas, on constate que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont sujets à des troubles fonctionnels, c'est à dire des troubles n'ayant pas pour cause une lésion particulière, mais créant de réelles douleurs telles que :

  • des maux de tête, des maux de ventre
  • une mauvaise digestion
  • des troubles digestifs ou intestinals : diarrhée, constipation, alternance constipation / diarrhée, ballonnements, spasmes, douleurs, inflammation des intestins, douleur au niveau du côlon ou de l'intestin grêle, porosité intestinale etc..  souvent diagnostiqué colopathie fonctionnelle
  • une prolifération du candida albicans, une mauvaise flore intestinale (ou microbiote intestinal), une muqueuse intestinale fragile
  • des douleurs inflammatoires
  • des intolérances alimentaires
  • des carences
  • un système immunitaire affaibli, des allergies
  • des affections liées au stress comme la fatigue, l’angoisse, l’anxiétés …
  • etc..

On peut aussi observer :

  • des difficultés à s'endormir ou réveils répétitifs dans la nuit,
  • des difficultés à imaginer des histoires
  • un besoin de routine et une difficulté d’adaptation aux changements et aux imprévus, une tendance aux comportements répétés et stéréotypés
  • pour les enfants, malaise et retrait en présence d'autres enfants, besoin d'aligner ses jouets de façon minutieuse et d'avoir un espace très structuré (généralement, les enfants Asperger ne supportent pas l’imprécision)  ..
  • des dons particuliers mais ce n’est pas obligatoire ;-)
  • de la violence, des pleurs, des cris, de la colère, des sauts d’humeur, irritable
  • une hypersensibilité ou une hyposensibilité
  • des troubles de l’attention et/ou de l’activité
  • des troubles de l’apprentissage
  • etc..

« Comprendre et accepter "l'autre", c'est l'écouter sans a priori, c'est "entendre" sa différence et "rencontrer" son indicible richesse. » Josef Schovanec

Une approche multifactorielle

Le syndrome d’asperger est la conséquence de facteurs génétique, chimique et environnementale. Notre système digestif et plus particulièrement notre intestin, notre microbiote ainsi que l’axe cerveau-microbiote-voies hormonales y jouent un rôle très important.

 

  • Environnement & chimie : pollutions de l’air, agriculture industrielle, pesticides, engrais chimiques, médicaments, antibiotiques, pollutions électromagnétiques, dioxine, additifs alimentaires, chlore dans les piscines etc…
  • Protéines de gluten, caséine, oxalates & intolérances alimentaires : Les protéines ne sont pas totalement assimilées sous leur forme d’acide aminée et demeurent sous forme de peptide ayant une action « opioïde ». Ces peptides passent la barrière intestinale ainsi que celle du cerveau et agissent comme de la morphine créant un effet de manque et de dépendance modifiant les transmissions nerveuses.
  • Dysbiose intestinale :  Le microbiote est essentiel à l’assimilation des nutriments, participe à la régulation de certains neurotransmetteurs, à la régularisation de l’immunité, à la fermentation des fibres alimentaires et à la production de certaines vitamines du groupe B. Une dysbiose chronique (perturbation du microbiote) peut créer des troubles digestifs fonctionnels
  • Perméabilité intestinale
  • Lien cerveau-intestin-voies hormonales : Perméabilité et dysbiose peuvent affecter la communication cerveau-intestin et créer des perturbations du système nerveux central et du cerveau entrainant entre autres des troubles neurologiques
  • Troubles neurologiques
  • Problèmes métaboliques
  • Système d'élimination du corps qui ne fonctionne pas correctement
  • Métaux lourds :  Ils peuvent se substituer aux minéraux, effet antibiotique, résistance des bactéries, changent notre code génétique, neutralisent les acides aminés nécessaires à la détoxication, produisent des radicaux libres et des allergies, endommagent les cellules nerveuses => ils perturbent l’ensemble de nos systèmes et organes vitaux

Quel accompagnement ?

Entendons-nous bien, la naturopathie et autres techniques naturelles ne prétendent pas stopper (éradiquer) l’autisme asperger. En revanche, elles visent à réduire certains troubles et améliorer les compétences permettant une vie plus harmonieuse, douce et surtout un meilleur épanouissement au quotidien. 

Cela passe par une meilleure hygiène de vie : 

  • Une alimentation adaptée
  • Un accompagnement des émotions
  • Une meilleure gestion du stress
  • Une réduction de la charge toxique
  • Une (re)mise en place du mouvement
  • Un accompagnement au changement

L’idée n’est pas de changer votre différence mais d’estomper certains troubles, désagréments qui compliquent votre vie et ce, par la mise en place d'une hygiène de vie avec suivi personnalisé.

L’accompagnement que je propose ne se substitue en aucun cas à ce qui est mis en place par le corps médical et vient s'inscrire en complément.

Comment ça se passe ?

Lors du premier rendez-vous, je vais dresser votre profil en utilisant l'observation et en vous interrogeant sur vos habitudes, vos antécédents, votre alimentation ainsi que la façon dont votre syndrome se manifeste.
Je vais ainsi établir votre bilan de vitalité et nous mettrons en place votre programme d'hygiène de vie personnalisé.

J’ai conscience que les changements peuvent être source d'angoisse et sont très compliqués à gérer, c’est pourquoi nous en discuterons ensemble et nous déciderons ensemble des objectifs adaptés à votre situation ainsi qu'à vos spécificités.

Grâce à une prise en charge holistique avec changement d’habitudes, il est possible d’apaiser la symptomatologie sans pour autant changer la personne.

Il n'y a pas d'âge pour adopter les bons réflexes. Si nous le décidons, nous en sommes tous et toutes capables.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.